25-LaMuette

Posté le 29 août 2017 par

de Chahdortt Djavann mise en scène Marie-Paule Gesta avec Antoine Bersoux et Alexandra Malfi création musicale Paco Serano création lumière Kantuta Varlet costumes Drôles de bobines Compagnie A’Corps Imparfaits ✻ Tarifs : 15€ - 10€ - 8€ - 5€ (voir p. 50/51) Une ode aux sans-voix - Cette fiction basée sur des faits réels naît d’un journal écrit dans sa cellule par une jeune femme de 15 ans qui attend la pendaison. Elle a réussi à faire passer son cahier à une journaliste qui l’a ensuite envoyé à une auteure iranienne. Dans ce récit lumineux, Fatemeh rapporte l’histoire de sa famille ainsi que son parcours tragique, avec son père rude mais tendre, sa mère plutôt stupide, son bel oncle maternel, sa tante paternelle, La Muette, et enfin le mollah qui décide pour tous. L’amour qui éclora entre l’oncle et la muette bouleverse l’ordre établi et se heurte à l’obscurantisme. Comme ce texte évoque l’injuste différence de valeur donnée aux femmes et hommes, pour annihiler cette dichotomie, tous les rôles seront interprétés, chacun indifféremment, par la comédienne ou le comédien. Seuls les moments dans la cellule respectent le sexe des personnages. L'opportunité de redonner voix à toutes les femmes amputées de la parole. ... Il ne s’agit pas d’opposer des sexes mais de dénoncer des rapports falsifiés. Entre le désir pur et la soumission triste, le théâtre rend aux événements leur couleur et enseigne le visage des Tartuffes d’aujourd’hui. (Le clou dans la planche - Suzanne Beaujour)

de Chahdortt Djavann mise en scène Marie-Paule Gesta avec Antoine Bersoux et Alexandra Malfi création musicale Paco Serano
création lumière Kantuta Varlet costumes Drôles de bobines Compagnie A’Corps Imparfaits
✻ Tarifs : 15€ – 10€ – 8€ – 5€ (voir p. 50/51)
Une ode aux sans-voix – Cette fiction basée sur des faits réels naît d’un journal écrit dans sa cellule par une jeune femme de 15 ans qui attend la pendaison. Elle a réussi à faire passer son cahier à une journaliste qui l’a ensuite envoyé à une auteure iranienne. Dans ce récit lumineux, Fatemeh rapporte l’histoire de sa famille ainsi que son parcours tragique, avec son père rude mais tendre, sa mère plutôt stupide, son bel oncle maternel, sa tante paternelle, La Muette, et enfin le mollah qui décide pour tous. L’amour qui éclora entre l’oncle et la muette bouleverse l’ordre établi et se heurte à l’obscurantisme. Comme ce texte évoque l’injuste différence de valeur donnée aux femmes et hommes, pour annihiler cette dichotomie, tous les rôles seront interprétés, chacun indifféremment, par la comédienne ou le comédien. Seuls les moments dans la cellule respectent le sexe des personnages. L’opportunité de redonner voix à toutes les femmes amputées de la parole.
… Il ne s’agit pas d’opposer des sexes mais de dénoncer des rapports falsifiés. Entre le désir pur et la soumission triste, le théâtre rend aux événements leur couleur et enseigne le visage des Tartuffes d’aujourd’hui. (Le clou dans la planche – Suzanne Beaujour)