21-LaPeur

Posté le 29 août 2017 par

La Peur adaptation et mise en scène Élodie Menant avec Hélène Degy, Aliocha Itovitch, Ophélie Marsaud décor Olivier Defrocourt costumes Cécile Choumiloff, Sylvie Lefray lumières Marc augustin éclairagiste Olivier Drouot régisseur Christophe Legar graphistes Mathieu Stortoz, Salima Glamine La Compagnie Carinae, Atelier Théâtre Actuel, ZD productions et NTL Prod ✻ Tarifs : 15€ - 10€ - 8€ - 5€ (voir p. 50/51) Un thriller à la Hitchcock - Amoureux et saisissant, il interroge sur le mensonge, la honte et la relation de couple - Irène, mère de famille, mariée à Fritz, un avocat, s'ennuie entre mari et enfants. Elle prend comme amant son profes- seur de piano. Un jour, en sortant de chez lui, elle est abordée par une femme menaçante qui commence à la faire chanter et très vite les demandes augmentent. Irène est rongée par l'angoisse que cette femme la dénonce et que son mari apprenne son écart. Zweig excelle dans la des cription des tourments intérieurs de ses héros. Le canevas bien huilé, aux nombreux rebondissements, se double d'une de Stephan Zweig Molière 2017 mise en scène particulièrement aboutie et d'un judicieux décor qui contribue à ponctuer ce sentiment diffus d'impasse psychologique. La justesse des comédiens vous happe dès le départ ; seul le surprenant dénouement final apportera la solution. Le jeu est serré. Le suspense est à son comble... la perversité n'est pas celle qu'on croit. Le spectacle est intense. Le jeu des comédiens excellent... (Claude Kraif - www.revue-spectacles.com)

La Peur
adaptation et mise en scène Élodie Menant avec Hélène Degy, Aliocha Itovitch, Ophélie Marsaud décor Olivier Defrocourt costumes Cécile Choumiloff, Sylvie Lefray lumières Marc augustin éclairagiste Olivier Drouot régisseur Christophe Legar
graphistes Mathieu Stortoz, Salima Glamine La Compagnie Carinae, Atelier Théâtre Actuel, ZD productions et NTL Prod
✻ Tarifs : 15€ – 10€ – 8€ – 5€ (voir p. 50/51)
Un thriller à la Hitchcock – Amoureux et saisissant, il interroge sur le mensonge, la honte et la relation de couple – Irène, mère de famille, mariée à Fritz, un avocat, s’ennuie entre mari et enfants. Elle prend comme amant son profes-
seur de piano. Un jour, en sortant de chez lui, elle est abordée par une femme menaçante qui commence à la faire chanter et très vite les demandes augmentent. Irène est rongée par l’angoisse que cette femme la dénonce et que son mari apprenne son écart. Zweig excelle dans la des cription des tourments intérieurs de ses héros. Le canevas bien huilé, aux nombreux rebondissements, se double d’une de Stephan Zweig Molière 2017 mise en scène particulièrement aboutie et d’un judicieux décor qui contribue à ponctuer ce sentiment diffus d’impasse psychologique. La justesse des comédiens vous happe dès le départ ; seul le surprenant dénouement final apportera la solution.
Le jeu est serré. Le suspense est à son comble… la perversité n’est pas celle qu’on croit. Le spectacle est intense. Le jeu des comédiens excellent… (Claude Kraif – www.revue-spectacles.com)