13-UnPoyoRojo

Posté le 29 août 2017 par

un poyo rojo interprètes Alfonso Barón, Luciano Rosso et un poste de radio chorégraphie Luciano Rosso et Nicolás Poggi mise en scène et création lumière Hermes Gaido Quartier libre productions ✻ Tarifs : 15€ - 10€ - 8€ - 5€ (voir p. 50/51) Un spectacle qui ne ressemble à aucun autre - Dans le vestiaire d’une salle de sport, deux hommes se croisent, se jaugent, s’affrontent du regard puis se cognent avec vigueur. Chacun tente d’impressionner l’autre à travers des pas de danse et, comme dans un combat de coqs, ils gonflent leur poitrine. Ils s’ébattent à perdre haleine, se caressent, s’enlacent, enchaînent acrobaties et contorsions, à la fois clowns de l’extrême, mimes, danseurs et gymnastes... complètement déjantés... dont la libido se manifeste. Une certaine attraction naît à laquelle se mêlent rivalité et violence. Pas un mot, pas le moindre son, sauf quelques interludes musicaux, diffusés par un poste radio en direct, pour éviter de tomber dans le « réchauffé ». Les mots sont ailleurs, ils s’expriment dans les mouvements de deux corps survoltés. Dans ce ballet désopilant, les corps et les regards se frôlent et suggèrent les dif- férentes façons d’établir une relation et combien c’est complexe. Les deux artistes font preuve d’audace sans transiger sur la qualité. C’est pour cela, que depuis plus de 10 ans, ils jouent ce spectacle, à guichet fermé, à Buenos Aires et en tournée dans le monde entier. Cette véritable performance aux gestes millimétrés, vous laissera, vous aussi, sans voix. “Un duo vibrant et flamboyant, malicieux et sensuel. Et en bonus,... un jeu de mimiques irréversible... à ne surtout pas rater. (Télérama – TTT)

un poyo rojo
interprètes Alfonso Barón, Luciano Rosso et un poste de radio chorégraphie Luciano Rosso et Nicolás Poggi mise en scène et création lumière Hermes Gaido Quartier libre productions
✻ Tarifs : 15€ – 10€ – 8€ – 5€ (voir p. 50/51)
Un spectacle qui ne ressemble à aucun autre – Dans le vestiaire d’une salle de sport, deux hommes se croisent, se jaugent, s’affrontent du regard puis se cognent avec vigueur.
Chacun tente d’impressionner l’autre à travers des pas de danse et, comme dans un combat de coqs, ils gonflent leur poitrine. Ils s’ébattent à perdre haleine, se caressent, s’enlacent, enchaînent acrobaties et contorsions, à la fois clowns
de l’extrême, mimes, danseurs et gymnastes… complètement déjantés… dont la libido se manifeste. Une certaine attraction
naît à laquelle se mêlent rivalité et violence. Pas un mot, pas le moindre son, sauf quelques interludes musicaux, diffusés
par un poste radio en direct, pour éviter de tomber dans le « réchauffé ». Les mots sont ailleurs, ils s’expriment dans les
mouvements de deux corps survoltés. Dans ce ballet désopilant, les corps et les regards se frôlent et suggèrent les dif-
férentes façons d’établir une relation et combien c’est complexe. Les deux artistes font preuve d’audace sans transiger
sur la qualité. C’est pour cela, que depuis plus de 10 ans, ils jouent ce spectacle, à guichet fermé, à Buenos Aires et en
tournée dans le monde entier. Cette véritable performance aux gestes millimétrés, vous laissera, vous aussi, sans voix.
“Un duo vibrant et flamboyant, malicieux et sensuel.
Et en bonus,… un jeu de mimiques irréversible… à ne surtout pas rater. (Télérama – TTT)